Quatre acteurs de la cohésion sociale reçoivent le Prix Dialogue du Lieutenant-Gouverneur 2019

By |2019-05-21T16:40:56+00:00mai 22nd, 2019|Non classifié(e)|0 Comments

Fredericton, le 22 mai 2019 – Dialogue Nouveau-Brunswick, en partenariat avec Jocelyne Roy Vienneau, ON-B, Lieutenante-Gouverneure du Nouveau-Brunswick, a remis ce matin le Prix Dialogue du Lieutenant-Gouverneur à deux organisations et deux personnalités reconnues pour leur engagement et leurs actions en faveur de la cohésion sociale. La cérémonie, organisée à la Résidence du Gouverneur de Fredericton, a ainsi distingué le Conseil provincial des sociétés culturelles (CPSC), Sébastien Roy (Co-propriétaire de la Distillerie Fils du Roy), Patrick Francis (ancien chef des premières nations de Woodstock et Tobique et ancien sous-ministre des affaires autochtones), et Ann O’Neill MacDonnell, Adam Hayward and the Goals Growth Grit Class of Miramichi Valley High School.

Représentant toutes les générations, et toutes les cultures qui font la richesse du Nouveau-Brunswick, les quatre récipiendaires « portent les valeurs de notre nouveau mandat, officialisé en juin dernier », a souligné Nadine Duguay-Lemay, P.D.-G. de Dialogue NB. « Choisis par un comité de sélection indépendant (1) parmi les 12 nominés du public, tous adoptent les principes d’harmonie et de respect de nos diverses communautés. Par leur engagement, ils transforment la vie des gens ! »

.

CPSC : « Mettre en exergue une Acadie ouverte sur le monde »

Pour Marie-Thérèse Landry, directrice générale du CPSC, ce prix représente une importante reconnaissance pour le travail de fond que mènent les sept membres de son équipe : « De l’idée d’un programme à son organisation logistique, chaque projet que nous pilotons vise à créer des liens entre les cultures. Aussi, quelle belle récompense que de voir aujourd’hui notre approche interculturelle reconnue officiellement comme un levier d’inclusion sociale ! »

Deux programmes récents, imaginés et organisés par le CPSC, ont particulièrement retenu l’attention du comité de sélection : le Festival international de Slam Poésie en Acadie (rendez-vous annuel lancé en novembre 2017, qui rassemble des poètes venus du monde entier), et Vis-à-Visages (production de documentaires interculturels, en photos et vidéos).

« Nous sommes particulièrement fiers de ces projets, qui mettent en exergue une Acadie ouverte sur le monde », explique Marie-Thérèse Landry. Le Festival international de Slam Poésie en Acadie amène à chaque automne depuis trois ans cet « art des mots qui rassemble au-delà des frontières » dans les lieux les plus populaires, des cafés aux… autobus ! La prochaine édition est déjà en préparation et aura lieu du 2 au 12 octobre. Quant à l’exposition Vis-à-Visages, « elle s’enrichit à chaque édition d’une collection de photos et de vidéos témoignant de la richesse culturelle du Nouveau-Brunswick », précise Marie-Thérèse Landry. Après avoir mis en images les thèmes de la rencontre intergénérationnelle (1ère et 2ème éditions), entre Acadiens et nouveaux arrivants (3ème édition), puis entre Acadiens et Anglophones (4ème édition), la 5ème exposition aura pour sujet la rencontre entre Acadiens/Néo-Acadiens et Autochtones. L’inauguration aura lieu à la Cathédrale de Moncton le 21 juin prochain, Journée nationale des Autochtones.

.

Sébastien Roy : « L’Acadie a été, est, et doit demeurer une terre d’accueil ! »  

Cette vision multiculturelle du Nouveau-Brunswick – et en particulier de l’Acadie -, l’entrepreneur Sébastien Roy la partage, et la défend comme un levier de développement social et économique… Il la fait aussi connaître dans le monde par les produits qu’il exporte.

« Nous avons créé la Distillerie Fils Du Roy sur l’idée que nous avions un héritage culturel à transmettre. Aussi, chacun de nos produits témoigne du patrimoine acadien, et de l’histoire de l’Acadie, si riche en coopérations interculturelles. Nous mettons, pour ainsi dire, l’histoire en bouteille : les recettes sont directement inspirées des faits – ou des légendes – qui ont marqué le passé de l’Acadie ; il en va de même pour le packaging, pour lequel nous faisons appel à des artistes locaux ! C’est notre manière de rappeler les valeurs qui ont bâti l’Acadie d’hier et d’aujourd’hui : celles de l’accueil, mais aussi de l’entraide entre les peuples. Ces mêmes valeurs, j’en suis convaincu, contribueront à la réussite de l’Acadie de demain », a affirmé l’entrepreneur en recevant le Prix Dialogue du Lieutenant-Gouverneur « au nom de toute l’équipe de l’entreprise ».

Sébastien Roy projette d’ouvrir prochainement à Petit-Paquetville la première malterie du Nouveau-Brunswick, ainsi qu’un laboratoire qui permettra notamment une production de levure au niveau local. Pour lui, « notre territoire ne pourra socialement et économiquement se développer que si l’on continue à faire grandir l’harmonie entre les communautés, à nous ouvrir au monde, à accueillir les nouveaux-arrivants, et à créer des liens entre les cultures. Il en va de l’avenir de notre société, de nos entreprises, de nos emplois et du territoire tout entier ».

En parallèle du développement de son entreprise, Sébastien Roy s’investit activement dans les collectes de fonds afin de redonner à la communauté, notamment un fonds de bourse qui pourrait rapporter entre 300 000 et 500 000$ aux étudiants de l’université de Moncton, ainsi qu’une bourse créée par la vente du Single malt whisky pour le CENB.

.

Ann O’Neill MacDonnell, Adam Hayward and the Goals Growth Grit Class of Miramichi Valley High School : « Nos élèves ont contribué à faire de Miramichi une communauté plus inclusive encore ! »

Collectes de fond, création d’affiches et de vidéos promotionnelles, volontariat… Si les derniers Jeux Olympiques Spéciaux qui se sont tenus à Miramichi du 21 au 24 février ont été les plus fréquentés et célébrés de l’histoire du Nouveau-Brunswick, c’est bien grâce à l’énergie des 16 élèves de la classe de 12e année de l’école secondaire Miramichi Valley High School ! Leur détermination à changer les regards sur le handicap a immédiatement séduit les membres du comité de sélection.

« Ce qui n’était au départ qu’un cours classique sur la planification et l’organisation est devenu une véritable expérience humaine », ont commenté leurs professeurs, Ann O’Neill MacDonnell et Adam Hayward : « Leur quête d’une bonne note au cours a rapidement laissé place à un altruisme authentique, qui s’est développé tout au long des semaines précédant l’événement. Nous les avons certes accompagnés en leur transmettant des méthodes professionnelles, mais ce sont eux qui ont véritablement porté le projet. Ils ont pris l’initiative de se réunir après les cours pour partager leurs idées, ils ont récolté des fonds supplémentaires pour s’assurer que les besoins des athlètes seraient satisfaits… Ce prix récompense leur dévouement, mais aussi l’impact direct et indirect de leur travail : non seulement ils ont réussi à fédérer des centaines de personnes autour de leur projet, faisant l’admiration de tous les athlètes, des coachs et de l’équipe organisatrice, mais ils ont contribué à faire de Miramichi une communauté plus inclusive encore, en transmettant leur enthousiasme et leurs idées en faveur du Vivre-ensemble ! ».

.

Patrick Francis : une vie dédiée à la défense des Premières nations

C’est aussi pour le Vivre-ensemble que Patrick Francis s’est battu toute sa vie, et continue aujourd’hui, arrivé à l’âge de la retraite. Ce Prix, qu’il a reçu « surpris, et honoré », salue une carrière entièrement dédiée à la défense des intérêts des Premières nations, et au développement de liens entre les cultures.

Premier homme à porter le titre de chef auprès de deux différentes communautés des Premières nations, Woodstock (1996-1998), puis Tobique (1998 – 2000), il a piloté de nombreux accords historiques tel celui portant sur le partage des recettes forestières avec la province du Nouveau-Brunswick. Homme de parole autant que d’actions, il devient en 2000 directeur des finances de la région de l’Atlantique au Ministère des Affaires Autochtones et du Nord Canada, avant d’être nommé trois ans plus tard sous-ministre des affaires autochtones. Au cours des années suivantes, ses valeurs d’équité et de transparence lui vaudront la confiance de quatre Premiers ministres successifs, avec lesquels il travaillera en partenariat étroit : l’honorable Bernard Lord, l’honorable Shawn Graham, l’honorable David Alward et l’honorable Brian Gallant.

Fin négociateur, et conseiller du gouvernement sur les décisions de la Cour suprême touchant aux droits ancestraux, on lui doit de nombreux accords qui ont conduit à l’amélioration des conditions de vie des Premières Nations, dont le projet d’érosion du littoral de Tobique et l’extension de l’installation de pêche d’Esgenopenitg.

  • Le comité de sélection indépendant de Dialogue NB était cette année composé de quatre acteurs engagés : Roxann Gauvin (Analyste junior en actuariat chez Assomption Vie), Nicole Nader (Coordinatrice des Evénements et de l’Appui des Membres au Conseil Multiculturel du Nouveau-Brunswick), Shane Perley-Dutcher (artiste Wolastoq, Malécite) et Robert W. Scott (Directeur, relations publiques, relations gouvernementales et Engagement des intervenants chez Energie NB).

CONTACT

Nadine Duguay-Lemay, Présidente directrice-générale de Dialogue NB

Tél. : (506) 850-1457

Courriel : nadine.duguay@dialoguenb.org

         Appuyer Dialogue NB